Le confinement offre un moyen d’exercer notre capacité d’inhibition

Cette situation nous permet de développer une capacité essentielle de notre cerveau : empêcher la réalisation de comportements inadaptés.

 

Le confinement a beaucoup sollicité une zone située à l’avant de notre cerveau, le cortex préfrontal. Les neurosciences et la psychologie expérimentale ont démontré que les neurones de cette zone sont dédiés à notre capacité d’inhibition, de résistance !

Une connotation négative est souvent associée au mot inhibition, mais en fait, c’est un processus physiologique, cognitif et même social qui peut être très positif, adaptatif. Durant le confinement, notre inhibition individuelle et collective a été protectrice contre le Covid-19, elle a probablement sauvé beaucoup de vies, des dizaines de milliers en France.

Lire la suite de la tribune